Recherche

Sélectionner un mot

C’est une méthode d’investigation cardiovasculaire qui consiste à introduire une sonde radio opaque dans une grosse veine du membre supérieur ou inférieur, de le faire...

En savoir plus

Tumeur bénigne ou maligne du médiastin antérieur, développée aux dépens du thymus, située dans la loge...

En savoir plus

La Scintigraphie est une méthode d'imagerie médicale qui procède par l'administration, dans l'organisme, d'isotopes radioactifs afin de produire une image médicale par la...

En savoir plus

Un Scanner est une série de clichés aux rayons X d'une partie du corps visualisée sur ordinateur. Ces clichés sont pris selon des angles légèrement différents et permettent...

En savoir plus

Forme rare et virulente de cancer des surfaces mésothéliales qui affecte le revêtement des poumons (la plèvre), de la cavité abdominale (le péritoine) ou l'enveloppe du...

En savoir plus

 Méthode d'exploration et d'imagerie médicale ou industrielle qui permet de visualiser l'intérieur (endon en grec) de conduits ou de cavités inaccessible à l'œil....

En savoir plus

Imagerie par résonnance magnétique est l’une des techniques d’imagerie médicale les plus récentes. Elle permet de visualiser avec une grande précision les organes et...

En savoir plus

La Thyroïde est une grande glande située dans le cou. Sous l'effet de l'iode apporté par l'alimentation, elle synthétise des hormones essentielles au bon fonctionnement du...

En savoir plus

Conduit musculo-cartilagineux faisant suite au larynx et conduisant l’air des voies aériennes supérieures vers les bronches et les poumons. La Trachée est étendue de la...

En savoir plus

Partie du tube digestif qui va du pharynx à l'estomac. L'œsophage est un long tube flexible principalement musculaire qui relie le pharynx, situé en haut de la gorge, à...

En savoir plus

Sensation pénible qui est ressentie dans une zone plus ou moins délimitée du corps. Elle résulte d’une impression produite avec une intensité trop...

En savoir plus

Organe transitoire dont le rôle, d’ordre immunitaire, est encore mal connu, situé chez l’enfant à la partie basse du cou et dans le médiastin antérieur. Il régresse...

En savoir plus

 

  • Généralités sur l’EGFR dans le CPNPC

  • EGFR non muté

  • Essais cliniques EGFR

 

En bref :

Les mutations du récepteur EGFR sont présentes dans environ 10% des cas d’adénocarcinome pulmonaire (plus fréquentes chez les femmes, les non-fumeurs et les asiatiques) ; elles conditionnent l’utilisation des traitements ciblés et de la chimiothérapie.

Le récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR) appartient à une famille de récepteurs à tyrosine kinase (RTKs) qui incluent EGFR/ERBB1, HER2/ERBB2/NEU, HER3/ERBB3, et HER4/ERBB4. La liaison de ligands, comme le facteur de croissance épidermique (EGF), induit un changement conformationnel qui permet l’homo- ou l’hétéro-dimérisation du récepteur; le résultat est la mise en route de l’activité kinase d’EGFR. Ainsi activé, l’EGFR phosphoryle ses substrats, d’où une activation des nombreuses voies de signalisation d’aval dans la cellule : PI3K-AKT-mTOR, qui est impliquée dans la survie cellulaire, et la voie RAS-RAF-MEK-ERK, qui est impliquée dans la prolifération.

Mutations d’EGFR dans le Cancer du Poumon Non à Petites Cellules (CPNPC)

Environ 10% des patients porteurs d’un CPNPC aux USA et 35% en Asie orientale présentent des mutations d’EGFR au niveau de leur tumeur (Lynch et al. 2004; Paez et al. 2004; Pao et al. 2004). Ces mutations se produisent au sein des exons 18 à 21 du gène EGFR, qui codent pour une partie du domaine kinase du récepteur. Environ 90% de ces mutations sont des délétions au niveau de l’exon 19 ou des mutations ponctuelles L858R sur l’exon 21 (Ladanyi et Pao, 2008). Ces mutations augmentent l’activité kinase d’EGFR, d’où une hyperactivation des voies de signalisation d’aval (Sordella et al. 2004) et une sensibilité aux traitements par inhibiteurs de tyrosine kinase (Ladanyi et Pao, 2008). Certaines mutations cependant (insertions dans l’exon 20, mutation T790M) traduisent une résistance d’emblée ou, plus souvent, acquise aux inhibiteurs de tyrosine kinase (Cadranel et al. 2013).

Indépendamment de l’appartenance ethnique, les mutations d’EGFR sont plus souvent retrouvées dans les tumeurs des femmes non-fumeuses (définies par moins de 100 cigarettes dans la vie du patient) avec une histologie d’adénocarcinome (Lynch et al. 2004; Paez et al. 2004; Pao et al. 2004). Cependant, des mutations d’EGFR peuvent également être trouvées dans d’autres sous-groupes de CPNPC : anciens fumeurs et fumeurs actuels, autres histologies.

Dans la grande majorité des cas, les mutations d’EGFR sont exclusives d’autres mutations oncogènes trouvées dans les CPNPC (par exemple mutations de KRAS, réarrangement d’ALK, etc.).

Date de mise à jour : 27/1/2014

EGFR non muté

Caractéristiques
Localisation de la mutationSans objet
Fréquence des mutations EGFR90% des CPNPC
Implications quant à l’utilisation de traitements ciblés
Réponse aux inhibiteurs d’EGFR tyrosine kinaseSensibilité diminuée
Réponse aux anticorps anti-EGFRA ce jour, le statut mutationnel ne permet pas de prédire la réponse

Environ 90% des CPNPC ont un EGFR de type sauvage (pas de mutation détectée au sein du gène EGFR) (Lynch et al. 2004; Paez et al. 2004; Pao et al. 2004).

Par rapport aux patients présentant des mutations activatrices d’EGFR, les patients sans mutation d’EGFR sont moins sensibles aux inhibiteurs d’EGFR tyrosine kinase, erlotinib (Tarceva) et gefitinib (Iressa) (Mok et al. 2009). L’erlotinib est enregistré pour le traitement en deuxième/troisième ligne pour des patients atteints de CPNPC et non sélectionnés quant au statut EGFR, sur la base d’un avantage de survie de 2 mois vs. placebo (Shepherd et al. 2005). Cependant une étude de deuxième ligne chez des patients sélectionnés pour leur génotype EGFR non muté a montré la supériorité du docetaxel par rapport à l’erlotinib (Garassino et al. 2013).

EGFR sauvage (pas de mutation EGFR détectée) : non fumeurs ou fumeurs légers présentant un adénocarcinome à un stade avancé

Classe de médicamentTraitementLigne de traitement# pts dans l’étudeTaux de réponse PFS (mois)SG (mois)Référence
EGFR TKI de 1ère générationErlotinib (Tarceva)1ère488%2,815,4(Jänne et al. 2012)
Traitement à base de platineCarboplatine/ Paclitaxel + Erlotinib1ère5731%4,813,7
EGFR TKI de 1ère générationGefitinib (Iressa)1ère911%1,5ND(Mok et al. 2009)
Traitement à base de platineCarboplatine / Paclitaxel1ère8524%5,5ND
EGFR TKI de 1ère génération et
2ème génération
Erlotinib (Tarceva)2ème/ 3ème945,3%1,917,44(Ramalingam et al. 2012)*
Dacomitinib2ème/ 3ème9417%2,869,53
EGFR TKI de 1ère générationErlotinib (Tarceva)2ème1123%2,45,4Garassino et al. 2013)
TaxaneDocetaxel2ème11015,5%2,98,2
* les patients de cette étude n'ont pas été sélectionnés en fonction de l'absence de mutation EGFR

 

Date de mise à jour : 26/03/2014

Essais cliniques

Cancers du poumon métastatiques - EGFR

IndicationTitre de l'étudeMutationLien INCa Essais
Traitement de première ou deuxième intention;Cancer bronchique non à petites cellules de type non-épidermoïde prédominant.
Présence de tissu analysable pour la recherche de mutation activatrice de l’EGFR.
Stade III non opérable, non irradiable ou stade IV.
LADIE : Essai de phase 2 randomisé évaluant un traitement par inhibiteur tyrosine kinase de l’EGFR associé ou non au fulvestrant, chez des patientes ayant un cancer du poumon non à petites cellules avancéEGFRINCa
Patients présentant un cancer du poumon non à petites cellules avec mutations de l'EGFR et ayant progressé sous un traitement antérieur par inhibiteur de tyrosine kinase de l'EGFRCAUY922A2207 : Essai de phase 2 randomisé évaluant l’efficacité de l’AUY922 ou d'une chimiothérapie standard, chez des patients ayant un cancer du poumon non à petites cellules.EGFR
Cancer bronchique non à petites cellules métastatique
CO-1686-008 Etude de phase I/II, en ouvert, visant à évaluer la sécurité d'emploi, la pharmacocinétique et l'efficacité préliminaire du CO-1686 sous forme orale chez des patients atteints d'un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) muté EGFR, précédemment traitésEGFRINCa
Cancer bronchique non à petites cellules métastatiqueAZD9291 poumon
Etude de phase I visant à évaluer la tolérance, la sécurité d'emploi, la pharmacocinétique et recueillir les premières données sur l'activité anti-tumorale de doses croissantes d'AZD9291 chez des patients atteints de cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) de stade avancé qui ont progressé après un traitement par un inhibiteur de la tyrosine kinase de l'EGFR
EGFR
Cancer bronchique non à petites cellules métastatiqueEtude de phase I étudiant la sécurité, la tolérance et l’efficacité préliminaire de l’association Tremelimumab et Gefitinib chez des patients porteurs d’un cancer bronchique non à petites cellules avec mutation de l’EGFR EGFR

Vous pouvez aussi consulter les essais cliniques non spécifiques, en cours à l’Institut Gustave Roussy:

Essais cliniques IGR – cancers thoraciques

Date de mise à jour : 10/01/2014