Recherche

Sélectionner un mot

Une EFR pour exploration fonctionnelle respiratoire, a pour objectif d’étudier et de mesurer le fonctionnement de l’appareil respiratoire. Elle est réalisée par un...

En savoir plus

Tumeur bénigne ou maligne du médiastin antérieur, développée aux dépens du thymus, située dans la loge...

En savoir plus

Une Thérapie désigne un ensemble de mesures appliquées par un thérapeute à une personne souffrant d'un problème de santé ou d'une maladie, dans le but de l'aider à...

En savoir plus

Conduit musculo-cartilagineux faisant suite au larynx et conduisant l’air des voies aériennes supérieures vers les bronches et les poumons. La Trachée est étendue de la...

En savoir plus

Le Poumon est un organe permettant d'échanger des gaz vitaux, notamment l'oxygène et le dioxyde de carbone. L'oxygène est nécessaire au métabolisme de l'organisme, et le...

En savoir plus

Sensation pénible qui est ressentie dans une zone plus ou moins délimitée du corps. Elle résulte d’une impression produite avec une intensité trop...

En savoir plus

Imagerie par résonnance magnétique est l’une des techniques d’imagerie médicale les plus récentes. Elle permet de visualiser avec une grande précision les organes et...

En savoir plus

La Thyroïde est une grande glande située dans le cou. Sous l'effet de l'iode apporté par l'alimentation, elle synthétise des hormones essentielles au bon fonctionnement du...

En savoir plus

Foyer secondaire, formé à la suite de la dissémination de cellules cancéreuses par voie sanguine ou lymphatique à partir de la tumeur...

En savoir plus

Ensemble des branches de bifurcation de la trachée qui pénètrent dans les poumons, et dont les divisions successives, grossièrement dichotomiques (un tuyau qui se divise en 2...

En savoir plus

Le Cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormale au sein d'un tissu normal de l'organisme, pouvant aller jusqu’à menacer la survie de ce...

En savoir plus

La tomographie par émission de positons (TEP) est une méthode d'imagerie médicale pratiquée par les spécialistes en médecine nucléaire qui permet de mesurer en trois...

En savoir plus

 

MAGE-A3 dans le Cancer du Poumon Non à Petites Cellules (CPNPC)

  • MAGE-A3 dans le CPNPC

  • Essais cliniques

En bref : MAGE-A3 est une protéine spécifiquement exprimée sur certaines cellules cancéreuses. Elle est susceptible d’une reconnaissance par le système immunitaire de l’organisme. Des stratégies de traitement visant à renforcer cette immunité contre MAGE-A3 sont en cours d’évaluation.

Les antigènes MAGE-A3 font partie de la famille des protéines MAGE, exprimées de manière variable à la surface des cellules de nombreux cancers. MAGE-A3 n’apparait pas exprimé à la surface des cellules normales, à l’exception de certaines cellules testiculaires. Le rôle de MAGE-A3 dans le développement des cancers est mal connu. Sa spécificité tumorale en fait une cible intéressante pour une stratégie d’immunothérapie anti-cancéreuse. En effet des éléments de MAGE-A3 peuvent être reconnus par les lymphocytes T qui peuvent ainsi exercer une action cytotoxique sur les cellules cancéreuses porteuses de MAGE-A3. Cette reconnaissance par les lymphocytes nécessite la présentation des peptides de MAGE-A3 par les molécules HLA de type A1.

MAGE-A3 dans le Cancer du Poumon Non à Petites Cellules (CPNPC)

L’expression de MAGE-A3 a été recherchée surtout dans les Cancers du Poumon Non à Petites Cellules. Selon les études, on retrouve une expression de l’antigène dans 20 à 45% des cas. Il semble que l’expression de MAGE-A3 soit plus fréquente dans les cancers épidermoïdes que dans les adénocarcinomes (Shigematsu et al. 2010).

La valeur pronostique de la présence de MAGE-A3 dans le CPNPC est incertaine.

Dans une étude de phase 2 randomisée de vaccination par une protéine dérivée de MAGE-A3, chez des patients atteints de CPNPC à un stade localisé (stade IB ou II), 122 patients ont été traités par le vaccin, et 60 patients ont reçu le placebo. Tous les patients vaccinés avec le produit actif ont présenté une réponse immunitaire humorale à MAGE-A3. Après un suivi médian de 44 mois après l’intervention chirurgicale, une rechute a été constatée chez 35% des patients du groupe MAGE-A3, contre 43% dans le groupe placebo. La différence n’était pas significative (Vansteenkiste et al. 2013).

Des essais de phase III sont en cours tels que l’essai MAGRIT (Tyagi et al. 2009).

Date de mise à jour : 13/11/2013

Il n’y a pas d’essais cliniques en cours, spécifiques de cette cible

Vous pouvez consulter les essais cliniques non spécifiques, en cours à l’Institut Gustave Roussy:

Essais cliniques IGR – cancers thoraciques

Date de mise à jour : 25/11/2013