Recherche

Sélectionner un mot

L'échoendoscopie ou EBUS (pour endobronchial ultrasound) est une exploration de l'arbre trachéo-bronchique qui combine une endoscopie et l'échographie. Elle permet de repérer...

En savoir plus

Imagerie par résonnance magnétique est l’une des techniques d’imagerie médicale les plus récentes. Elle permet de visualiser avec une grande précision les organes et...

En savoir plus

Le Cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormale au sein d'un tissu normal de l'organisme, pouvant aller jusqu’à menacer la survie de ce...

En savoir plus

Le Poumon est un organe permettant d'échanger des gaz vitaux, notamment l'oxygène et le dioxyde de carbone. L'oxygène est nécessaire au métabolisme de l'organisme, et le...

En savoir plus

Une Thérapie désigne un ensemble de mesures appliquées par un thérapeute à une personne souffrant d'un problème de santé ou d'une maladie, dans le but de l'aider à...

En savoir plus

La Thyroïde est une grande glande située dans le cou. Sous l'effet de l'iode apporté par l'alimentation, elle synthétise des hormones essentielles au bon fonctionnement du...

En savoir plus

L'échographie Doppler vasculaire est un examen qui permet, en utilisant une sonde émettrice réceptrice à ultrasons de mesurer la vitesse de la colonne sanguine (du flux...

En savoir plus

Organe transitoire dont le rôle, d’ordre immunitaire, est encore mal connu, situé chez l’enfant à la partie basse du cou et dans le médiastin antérieur. Il régresse...

En savoir plus

La Scintigraphie est une méthode d'imagerie médicale qui procède par l'administration, dans l'organisme, d'isotopes radioactifs afin de produire une image médicale par la...

En savoir plus

Cage Ostéo-musculo-ligamentaire situé entre le cou et l’abdomen. Le Thorax contient essentiellement le cœur et les poumons, mais également l’œsophage et des gros...

En savoir plus

Conduit musculo-cartilagineux faisant suite au larynx et conduisant l’air des voies aériennes supérieures vers les bronches et les poumons. La Trachée est étendue de la...

En savoir plus

Région médiane du thorax, situé entre les poumons, contenant le cœur et les gros vaisseaux, la trachée et les bronches extrapulmonaires, l’œsophage, de nombreux vaisseaux...

En savoir plus

 

Mutation de KIT Y553N dans les cancers thymiques

  • Généralités sur KIT dans les cancers du thymus

  • Mutation KIT Y553N

  • Essais cliniques cancers thymiques

En bref :

Le récepteur KIT est souvent surexprimé dans les cancers thymiques. En revanche il est rarement muté. L’imatinib , efficace dans les GIST, semble avoir une efficacité modeste dans les cancers thymiques.

KIT est un récepteur à tyrosine kinase (RTK) exprimé par de nombreux types cellulaires. Il a pour ligand le facteur de croissance des cellules-souches (SCF) dont la liaison au domaine extracellulaire de KIT induit une dimérisation du récepteur. Cette dimérisation  active les voies de signalisation en aval : la voie PI3K-AKT-mTOR, la voie RAS-RAF-MEK-ERK et la voie STAT3, toutes impliquées dans la prolifération et la survie des cellules.

Des mutations de KIT sont impliquées dans plusieurs types de cancers dont le mélanome, la leucémie aiguë, et les tumeurs stromales gastro-intestinales (GIST) (Heinrich et al. 2003; Hirota et al. 1998).

Dans les tumeurs stromales gastro-intestinales (GIST), le traitement oral par un inhibiteur de KIT, l’imatinib, a permis d’obtenir des réponses importantes et durables de ces tumeurs (Demetri et al. 2002). En fonction des différentes mutations de KIT, la sensibilité des tumeurs à l’imatinib peut varier (Heinrich et al. 2008); certaines tumeurs sont plus sensibles à des inhibiteurs de KIT de deuxième génération (Demetri 2012).

KIT dans les cancers du thymus

Les mutations de KIT sont retrouvées dans seulement 7% des carcinomes thymiques (Girard 2010).

Par contre, KIT apparait surexprimé en immunohistochimie (IHC) dans 87% des carcinomes thymiques (Pan et al. 2004; Henley et al. 2004; Petrini et al. 2010). Compte tenu de cette fréquence élevée de surexpression, la positivité de KIT en IHC est considérée comme un marqueur diagnostique des carcinomes thymiques, ce qui les différencie des thymomes (Ströbel et al. 2010).

Les mutations de KIT dans les carcinomes thymiques concernent principalement le domaine juxta-membranaire et le domaine kinase du récepteur. Les mutations sont associées à une dimérisation du récepteur indépendante du ligand, une activité kinase autonome, et une transformation maligne (Duensing A et al. ; Hirota et al. 1998; Hirota et al. 2001).

La pertinence clinique des mutations de KIT est moindre dans le carcinome thymique que dans les GIST car 1) les mutations de KIT sont beaucoup moins fréquentes ; 2) l’expression de KIT n’est pas corrélée avec la présence d’une mutation de KIT ; et 3) les tumeurs mutées pour  KIT et non traitées ne sont pas toutes sensibles à l’imatinib. Ces éléments peuvent expliquer les résultats décevants d’une étude de phase II avec l’imatinib, dans laquelle les patients ont été sélectionnés en fonction de l’expression de KIT en immunohistochimie et non en fonction du génotypage de KIT (Salter et al. 2008).

Date de mise à jour : 27/10/2012

Mutations de KIT Y553N

Propriétés
Localisation de la mutationDomaine juxta-membranaire (exon 11)
Fréquence des mutations KIT7%
Fréquence des mutations KIT Y553N1 cas décrit à ce jour (Buti et al. 2011)
Implications quant à l’utilisation de traitements ciblés
Réponse à l’imatinib (inhibiteur de KIT)Prédit l’efficacité (Buti et al. 2011)

La mutation de KIT Y553N se produit au niveau de l’exon 11 qui code pour le domaine juxta-membranaire de KIT.

Cette mutation a été décrite chez un patient présentant un cancer thymique métastatique, répondeur à l’imatinib.

La mutation avait déjà été décrite dans le GIST et le mélanome, mais il n’y a pas de données quant à l’efficacité des inhibiteurs de KIT chez ces patients.

 

Date de mise à jour : 28/10/2012

 

Pour les patients atteints de tumeurs épithéliales thymiques (thymomes malins et carcinomes thymiques), une initiative nationale spécifique est en place: RYTHMIC, née à l’initiative de l’INCa, pour coordonner la prise en charge de ces maladies.

Consulter le site RYTHMIC:

RYTHMIC

Vous pouvez aussi consulter les essais cliniques non spécifiques, en cours à l’Institut Gustave Roussy:

Essais cliniques IGR – cancers thoraciques

Date de mise à jour : 25/03/2013