Recherche

Sélectionner un mot

Amas lymphoïdes situés sur le trajet des vaisseaux lymphatiques, d’aspect blanc grisâtre, allongés ou réniformes, disposés par groupe à la racine des membres ou le long...

En savoir plus

La Thyroïde est une grande glande située dans le cou. Sous l'effet de l'iode apporté par l'alimentation, elle synthétise des hormones essentielles au bon fonctionnement du...

En savoir plus

L'échoendoscopie ou EBUS (pour endobronchial ultrasound) est une exploration de l'arbre trachéo-bronchique qui combine une endoscopie et l'échographie. Elle permet de repérer...

En savoir plus

Organe transitoire dont le rôle, d’ordre immunitaire, est encore mal connu, situé chez l’enfant à la partie basse du cou et dans le médiastin antérieur. Il régresse...

En savoir plus

Forme rare et virulente de cancer des surfaces mésothéliales qui affecte le revêtement des poumons (la plèvre), de la cavité abdominale (le péritoine) ou l'enveloppe du...

En savoir plus

Sensation pénible qui est ressentie dans une zone plus ou moins délimitée du corps. Elle résulte d’une impression produite avec une intensité trop...

En savoir plus

Augmentation de volume d'un organe ou d'un tissu, due à une prolifération de cellules organiques qui forment un nouveau tissu. Une Tumeur est soit maligne (synonyme de cancer),...

En savoir plus

C’est une méthode d’investigation cardiovasculaire qui consiste à introduire une sonde radio opaque dans une grosse veine du membre supérieur ou inférieur, de le faire...

En savoir plus

Un Symptôme représente une des manifestations subjectives d'une maladie ou d'un processus pathologique, tel qu'exprimé par le patient. En général, pour une pathologie...

En savoir plus

Tumeur bénigne ou maligne du médiastin antérieur, développée aux dépens du thymus, située dans la loge...

En savoir plus

La Chirurgie est une technique médicale consistant en une intervention physique sur les tissus, notamment par incision et...

En savoir plus

Ce syndrome est dû à une tumeur cancéreuse (cancer du poumon) se situant dans la région supérieure du thorax. Les cellules cancéreuses envahissent les nerfs qui constituent...

En savoir plus

 

JE prends contact

Prendre Rendez-Vous

01 40 94 24 24

Une question par mail

Un institut unique

Cas patient – Monsieur FB

Monsieur FB est un patient de 60 ans sans antécédent notable en dehors d’un tabagisme ancien et important (il fume 30 cigarettes par jour depuis 40 ans, soit 60 paquets-année) et d’une BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive) négligée. Son frère, lui aussi grand fumeur, est mort il y a deux ans d’un cancer bronchique à petites cellules.

Monsieur FB a une activité professionnelle sédentaire mais extrêmement prenante et il monte à cheval durant ses rares moments de loisirs.

Il est fatigué depuis plusieurs semaines lorsqu’un matin de décembre 2011, il a une violente quinte de toux suivie d’un crachat sanglant. En quelques heures, un scanner thoracique est réalisé qui met en évidence une volumineuse tumeur du lobe inférieur du poumon gauche atteignant le hile et des ganglions augmentés de volume dans le médiastin. L’artère pulmonaire gauche est envahie.

Une fibroscopie bronchique faite en urgence le lendemain retrouve un aspect tumoral de la bronche lobaire inférieure gauche dès sa naissance avec un carrefour bronchique gauche envahi. Il s’agit d’un carcinome épidermoïde peu différencié.

Un premier avis suggère une chimiothérapie première avec une possible chirurgie seconde si la tumeur diminue bien de volume et si la fonction respiratoire le permet.

Monsieur FB consulte alors à l’IOT pour une seconde opinion avant de débuter son traitement.

Lorsqu’il y est vu pour la première fois, la situation est préoccupante :

– Le patient présente une indiscutable altération de l’état général. Son « performance status » est évalué à 1.

– Un PET scanner réalisé l’après-midi même retrouve une intense hyperfixation sur la tumeur lobaire inférieure gauche mais les ganglions, quoiqu’augmentés de volume, paraissent simplement réactionnels et non tumoraux.

– L’IRM cérébrale ne retrouve pas de métastase au niveau du cerveau. La fonction respiratoire est médiocre et n’autorise en tous cas pas une pneumonectomie.

De plus, un rapide bilan cardio-vasculaire retrouve des coronaires pathologiques avec une indication de mise en place d’un « stent » sur l’une des artères coronaires.

Dans le contexte global, une chimiothérapie première parait inadaptée car il existe un fort risque d’aggraver la situation clinique et d’entrainer une nécrose de la tumeur qui, paradoxalement, rendrait la situation encore plus précaire et la chirurgie impossible. De même, la tumeur est trop volumineuse pour envisager une radiothérapie à visée curative.

Après avoir évalué l’ensemble des risques lors d’une discussion multi-disciplinaire très approfondie, il est décidé de réaliser une chirurgie d’exérèse première. L’intervention, très complexe, va être un succès avec ablation du lobe inférieur gauche, réimplantation de la bronche lobaire supérieure gauche et anastomose artérielle nécessaire du fait de l’envahissement artériel pulmonaire.

Les suites opératoires sont moins compliquées qu’on pouvait le craindre et un stent peut être mis en place dans une artère coronaire quelques jours après l’intervention chirurgicale.

A l’examen microscopique de la pièce opératoire, seul un ganglion juxta-tumoral est envahi. Les ganglions du médiastin qui ont fait l’objet d’un curage soigneux sont tous indemnes de tumeur.

Le traitement chirurgical de ce volumineux cancer va être complété par une chimiothérapie adjuvante adaptée au sous-type histologique et à la fonction cardiaque et rénale.

Monsieur FB est définitivement « libéré » en avril. Il reprend son activité avant l’été et remonte à cheval depuis septembre. Il a bien sûr définitivement arrêté de fumer et il respire beaucoup mieux qu’avant son opération

Retrouvez l’interview du Pr Philippe Dartevelle, chirurgien thoracique et du Pr Thierry Le Chevalier, oncologue médical :

Retransciption de l’interview du Pr Philippe Dartevelle

 

Retransciption de l’interview du Pr Thierry Le Chevalier

Les commentaires sont fermés.

Haut de page | Page précédente