Recherche

Sélectionner un mot

L'échoendoscopie ou EBUS (pour endobronchial ultrasound) est une exploration de l'arbre trachéo-bronchique qui combine une endoscopie et l'échographie. Elle permet de repérer...

En savoir plus

Un Symptôme représente une des manifestations subjectives d'une maladie ou d'un processus pathologique, tel qu'exprimé par le patient. En général, pour une pathologie...

En savoir plus

Ce syndrome est dû à une tumeur cancéreuse (cancer du poumon) se situant dans la région supérieure du thorax. Les cellules cancéreuses envahissent les nerfs qui constituent...

En savoir plus

Forme rare et virulente de cancer des surfaces mésothéliales qui affecte le revêtement des poumons (la plèvre), de la cavité abdominale (le péritoine) ou l'enveloppe du...

En savoir plus

Région médiane du thorax, situé entre les poumons, contenant le cœur et les gros vaisseaux, la trachée et les bronches extrapulmonaires, l’œsophage, de nombreux vaisseaux...

En savoir plus

Sensation pénible qui est ressentie dans une zone plus ou moins délimitée du corps. Elle résulte d’une impression produite avec une intensité trop...

En savoir plus

Conduit musculo-cartilagineux faisant suite au larynx et conduisant l’air des voies aériennes supérieures vers les bronches et les poumons. La Trachée est étendue de la...

En savoir plus

Organe transitoire dont le rôle, d’ordre immunitaire, est encore mal connu, situé chez l’enfant à la partie basse du cou et dans le médiastin antérieur. Il régresse...

En savoir plus

C’est une méthode d’investigation cardiovasculaire qui consiste à introduire une sonde radio opaque dans une grosse veine du membre supérieur ou inférieur, de le faire...

En savoir plus

 Méthode d'exploration et d'imagerie médicale ou industrielle qui permet de visualiser l'intérieur (endon en grec) de conduits ou de cavités inaccessible à l'œil....

En savoir plus

Membrane séreuse qui tapisse la face interne de la cavité thoracique Elle enveloppe les poumons et les protège du frottement contre la paroi thoracique. Elle est formée par...

En savoir plus

Ensemble des branches de bifurcation de la trachée qui pénètrent dans les poumons, et dont les divisions successives, grossièrement dichotomiques (un tuyau qui se divise en 2...

En savoir plus

 

JE prends contact

Prendre Rendez-Vous

01 40 94 24 24

Une question par mail

Un institut unique

Gestion des risques

Pour chaque type de risque identifié à l’hôpital, que ce soit les risques patients, les risques professionnels ou les risques communs patients et personnel, des gestionnaires de risques ont été désignés en 2007 en fonction de leur domaine de compétences.

De plus, ce comité de gestion des risques intègre des membres qui assurent la liaison avec les autres comités ou commissions du CCML.

Ce Comité assure la :

  • sécurité d’utilisation des médicaments et Pharmacovigilance
  • sécurité des fluides médicaux (eau, gaz)
  • sécurité d’utilisation des dispositifs médicaux, de l’équipement biomédical et Matériovigilance
  • sécurité des produits sanguins labiles et Hémovigilance
  • sécurité d’utilisation des organes, tissus et Biovigilance
  • sécurité des analyses de biologie médicale et Réactovigilance
  • lutte contre les infections nosocomiales et Hygiène
  • sécurité anesthésique
  • sécurité du secteur opératoire
  • sécurité de l’information médicale
  • sécurité des activités de soin

Les gestionnaires de risques sont chargés, selon une méthode commune :

  • de faire la veille réglementaire dans leur domaine, afin de se mettre en conformité continuellement aux nouvelles exigences réglementaires,
  • d’analyser les risques (identification des risques et hiérarchisation selon leur criticité) et de mettre en place des mesures de protection ou de prévention,
  • d’analyser tous les évènements indésirables et de mettre en place les actions de correction ou de prévention avec les responsables d’activité concernés,
  • d’assurer le suivi de ces actions.

Les gestionnaires de risques s’engagent à suivre le programme qualité et sécurité des soins du CCML, qui comprend des axes généraux d’amélioration en fonction :

  • des résultats d’évaluations (évaluations des pratiques professionnelles, audits divers, questionnaires de satisfaction, enquêtes téléphoniques, …),
  • de la fréquence ou de la gravité des dysfonctionnements,
  • des besoins et attentes exprimés par les professionnels ou par les représentants des usagers,
  • des objectifs des différentes instances.

Une cellule opérationnelle des risques se réunit mensuellement et offre ainsi un lieu de réflexion sur les causes des dysfonctionnements signalés, c’est un lieu d’échanges sur les risques en général, avec l’étude des événements indésirables et le suivi de Plan de prévention et d’action.

Les commentaires sont fermés.

Haut de page | Page précédente