Recherche

Sélectionner un mot

L'échoendoscopie ou EBUS (pour endobronchial ultrasound) est une exploration de l'arbre trachéo-bronchique qui combine une endoscopie et l'échographie. Elle permet de repérer...

En savoir plus

Sensation pénible qui est ressentie dans une zone plus ou moins délimitée du corps. Elle résulte d’une impression produite avec une intensité trop...

En savoir plus

Un Scanner est une série de clichés aux rayons X d'une partie du corps visualisée sur ordinateur. Ces clichés sont pris selon des angles légèrement différents et permettent...

En savoir plus

Membrane séreuse qui tapisse la face interne de la cavité thoracique Elle enveloppe les poumons et les protège du frottement contre la paroi thoracique. Elle est formée par...

En savoir plus

Ce syndrome est dû à une tumeur cancéreuse (cancer du poumon) se situant dans la région supérieure du thorax. Les cellules cancéreuses envahissent les nerfs qui constituent...

En savoir plus

C’est une méthode d’investigation cardiovasculaire qui consiste à introduire une sonde radio opaque dans une grosse veine du membre supérieur ou inférieur, de le faire...

En savoir plus

 Méthode d'exploration et d'imagerie médicale ou industrielle qui permet de visualiser l'intérieur (endon en grec) de conduits ou de cavités inaccessible à l'œil....

En savoir plus

Cage Ostéo-musculo-ligamentaire situé entre le cou et l’abdomen. Le Thorax contient essentiellement le cœur et les poumons, mais également l’œsophage et des gros...

En savoir plus

Le Poumon est un organe permettant d'échanger des gaz vitaux, notamment l'oxygène et le dioxyde de carbone. L'oxygène est nécessaire au métabolisme de l'organisme, et le...

En savoir plus

Amas lymphoïdes situés sur le trajet des vaisseaux lymphatiques, d’aspect blanc grisâtre, allongés ou réniformes, disposés par groupe à la racine des membres ou le long...

En savoir plus

La Scintigraphie est une méthode d'imagerie médicale qui procède par l'administration, dans l'organisme, d'isotopes radioactifs afin de produire une image médicale par la...

En savoir plus

Foyer secondaire, formé à la suite de la dissémination de cellules cancéreuses par voie sanguine ou lymphatique à partir de la tumeur...

En savoir plus

 

Cancers du poumon

Le cancer du poumon ou cancer bronchique se développe le plus souvent à partir des cellules des bronches. On distingue deux grands types de cancers bronchiques : les cancers bronchiques non à petites cellules (environ 80% des cas) et les cancers bronchiques à petites cellules (environ 20% des cas).

Le cancer du poumon est la première cause de décès par cancer en France et dans le monde. Chez la femme, il est en progression constante : son incidence a triplé ces 20 dernières années. Le tabac est de loin le premier facteur de risque de cette pathologie.
Malgré les avancées thérapeutiques, son pronostic reste sombre (la survie à 5 ans n’étant que de 14 %). En effet, seul un diagnostic précoce autorise une chirurgie curative. Or, les
symptômes n’apparaissent qu’à un stade avancé de la maladie. Il n’existe à l’heure actuelle
aucune méthode reconnue pour le dépistage du cancer bronchique.

En 2012 en France, on estime qu’il y a eu environ 39 500 nouveaux cas de cancer du poumon (28 200 chez l’homme et 11 300 chez la femme), représentant 10 % de l’ensemble des nouveaux cas de cancer (13 % des nouveaux cancers chez l’homme et 8 % chez la femme). L’incidence est en augmentation chez la femme, notamment à cause du tabagisme.

Avec environ 30 000 décès estimés en 2012 (dont 71 % chez l’homme), le cancer du poumon constitue, tous sexes confondus, la première cause de décès par cancer en France, loin devant le cancer colorectal (17 700 décès) et le cancer du sein (11 900 décès). Il représente 20 % de l’ensemble des décès par cancer.

Il n’existe pas “un” cancer du poumon mais “des” cancers du poumon que l’on peut classer au plan histologique et moléculaire ; cette classification, évolutive, a une importance pour le pronostic de la maladie et pour le choix des traitements.

Des résultats prometteurs ont été obtenus chez certains patients porteurs d’une anomalie génétique (mutations de l’EGFR, translocation de ALK pour les plus connues) et bénéficiant de traitements ciblant ces anomalies. A l’inverse, certaines anomalies moléculaires suggèrent l’utilisation de traitements de chimiothérapie classiques.

 

Date de mise à jour : 25/03/2014

Les commentaires sont fermés.