Recherche

Sélectionner un mot

Forme rare et virulente de cancer des surfaces mésothéliales qui affecte le revêtement des poumons (la plèvre), de la cavité abdominale (le péritoine) ou l'enveloppe du...

En savoir plus

Imagerie par résonnance magnétique est l’une des techniques d’imagerie médicale les plus récentes. Elle permet de visualiser avec une grande précision les organes et...

En savoir plus

Tumeur bénigne ou maligne du médiastin antérieur, développée aux dépens du thymus, située dans la loge...

En savoir plus

Une EFR pour exploration fonctionnelle respiratoire, a pour objectif d’étudier et de mesurer le fonctionnement de l’appareil respiratoire. Elle est réalisée par un...

En savoir plus

Augmentation de volume d'un organe ou d'un tissu, due à une prolifération de cellules organiques qui forment un nouveau tissu. Une Tumeur est soit maligne (synonyme de cancer),...

En savoir plus

La Thyroïde est une grande glande située dans le cou. Sous l'effet de l'iode apporté par l'alimentation, elle synthétise des hormones essentielles au bon fonctionnement du...

En savoir plus

Conduit musculo-cartilagineux faisant suite au larynx et conduisant l’air des voies aériennes supérieures vers les bronches et les poumons. La Trachée est étendue de la...

En savoir plus

Ce syndrome est dû à une tumeur cancéreuse (cancer du poumon) se situant dans la région supérieure du thorax. Les cellules cancéreuses envahissent les nerfs qui constituent...

En savoir plus

Ensemble des branches de bifurcation de la trachée qui pénètrent dans les poumons, et dont les divisions successives, grossièrement dichotomiques (un tuyau qui se divise en 2...

En savoir plus

L'échographie Doppler vasculaire est un examen qui permet, en utilisant une sonde émettrice réceptrice à ultrasons de mesurer la vitesse de la colonne sanguine (du flux...

En savoir plus

La Chirurgie est une technique médicale consistant en une intervention physique sur les tissus, notamment par incision et...

En savoir plus

Organe transitoire dont le rôle, d’ordre immunitaire, est encore mal connu, situé chez l’enfant à la partie basse du cou et dans le médiastin antérieur. Il régresse...

En savoir plus

 

Cancers du poumon

Le cancer du poumon ou cancer bronchique se développe le plus souvent à partir des cellules des bronches. On distingue deux grands types de cancers bronchiques : les cancers bronchiques non à petites cellules (environ 80% des cas) et les cancers bronchiques à petites cellules (environ 20% des cas).

Le cancer du poumon est la première cause de décès par cancer en France et dans le monde. Chez la femme, il est en progression constante : son incidence a triplé ces 20 dernières années. Le tabac est de loin le premier facteur de risque de cette pathologie.
Malgré les avancées thérapeutiques, son pronostic reste sombre (la survie à 5 ans n’étant que de 14 %). En effet, seul un diagnostic précoce autorise une chirurgie curative. Or, les
symptômes n’apparaissent qu’à un stade avancé de la maladie. Il n’existe à l’heure actuelle
aucune méthode reconnue pour le dépistage du cancer bronchique.

En 2012 en France, on estime qu’il y a eu environ 39 500 nouveaux cas de cancer du poumon (28 200 chez l’homme et 11 300 chez la femme), représentant 10 % de l’ensemble des nouveaux cas de cancer (13 % des nouveaux cancers chez l’homme et 8 % chez la femme). L’incidence est en augmentation chez la femme, notamment à cause du tabagisme.

Avec environ 30 000 décès estimés en 2012 (dont 71 % chez l’homme), le cancer du poumon constitue, tous sexes confondus, la première cause de décès par cancer en France, loin devant le cancer colorectal (17 700 décès) et le cancer du sein (11 900 décès). Il représente 20 % de l’ensemble des décès par cancer.

Il n’existe pas “un” cancer du poumon mais “des” cancers du poumon que l’on peut classer au plan histologique et moléculaire ; cette classification, évolutive, a une importance pour le pronostic de la maladie et pour le choix des traitements.

Des résultats prometteurs ont été obtenus chez certains patients porteurs d’une anomalie génétique (mutations de l’EGFR, translocation de ALK pour les plus connues) et bénéficiant de traitements ciblant ces anomalies. A l’inverse, certaines anomalies moléculaires suggèrent l’utilisation de traitements de chimiothérapie classiques.

 

Date de mise à jour : 25/03/2014

Les commentaires sont fermés.